mercredi 29 août 2012

Dossier occasion : Harley Davidson XL 883 Sportster, une légende dans nos rues

Caradisiac - Moto


Dossier occasion : Harley Davidson XL 883 Sportster, une légende dans nos rues


Le Sportster 883 est la moto la plus intemporelle des Harley Davidson! Sa recette ? Pas de polish anti-âge, ni de lifting, juste de la simplicité et du plaisir. Voilà les deux mots qui caractérisent le Sportster. Caradisiac se penche donc ce mois-ci sur les modèles – encore à carburateurs - produits entre 2001 et 2003.


1. En bref


Le Sportster est un concept né en 1957 dont le style représente clairement la moto simple et dépouillée. Un style qui en définit clairement l’usage : selle solo pour loup solitaire et position relaxe avec assise basse et guidon haut.
Depuis, le Sportster a toujours évolué en douceur. Il s’est modernisé d’année en année tout en conservant sa ligne esthétique qui a fait son succès. Il faut donc être un fin connaisseur pour différencier les nombreux modèles et leurs années ! D’ailleurs, le Sportster existe en deux cylindrées : 883 cm3 ou 1200 cm3. Le 883 est le moteur le plus petit que l’on retrouve dans la gamme Harley Davidson. Plus accessible en terme de coût et d’apprentissage, ce dernier est évidemment plébiscité depuis des générations car il représente une belle rampe d’accès pour qui souhaite s’essayer au custom ! Nombreux sont ceux à être entrés chez Harley par l’intermédiaire du Sportster 883. Et si cette majorité évolue rapidement vers des modèles aux moteurs plus puissants, certains gardent la nostalgie de leur Sportster au point de l’utiliser comme une seconde moto, pour rouler en solitaire…
C’est d’ailleurs de cette manière qu’on apprécie le plus son Sportster : en solo ! Véritable vélo – au mauvais rayon de braquage – il figure parmi les machines les plus faciles à prendre en main dans la gamme Harley. Méfiance tout de même car manipuler les 235 kg (à sec) de la bête n’est pas une mince affaire ! Heureusement, le centre de gravité se situe assez bas pour débéquiller sereinement et manœuvrer aisément à basse vitesse. C’est juste une habitude à prendre. Des détails qui séduisent évidemment les débutants, les jeunes, ou encore les femmes qui apprécieront là-aussi la faible hauteur de selle (711 mm). En dynamique, la moto est saine à piloter. Le 883 cm3 de 53 ch offre son lot de sensations avec un couple bien disponible à bas et mi-régimes ainsi que des « good vibrations ». Inutile de préciser que la conduite dans les tours est inutile et que les 160/170 km/h compteur n’ont que peu d’intérêt sur ce type d’engin où l’on préfère flâner moins vite au gré du vent… De toute façon, les freins sont conçus pour fonctionner aux vitesses légales. Au delà de 130 km/h donc, il ne faut guère espérer s’arrêter avec la puissance d’une sportive. De plus, la médiocrité des suspensions d’origines n’encourage pas à rouler vite. Plus c’est cool donc, mieux c’est ! L’esprit américain quoi !
Deux années importantes sont à retenir pour le Sportster : en 2004, son cadre évolue et adopte notamment un montage du moteur sur silent-blocs pour mieux absorber les vibrations. En 2006, l’alimentation par carburateurs est remplacée au profit de l’injection électronique.