lundi 19 décembre 2011

Harley-Davidson : nouveaux modèles pour nouveaux clients ?

Ce n’est pas un secret, Harley-Davidson cherche à élargir sa clientèle au delà de sa base traditionnelle. À l’occasion du Reuters Global Manufacturing and Transportation Summit de ce 12 décembre, Matt Levatich, directeurs des opérations de la marque, laissait entendre que H-D pourrait envisager de produire des motos de plus petite cylindrée, plus faciles à prendre en main, et surtout, moins chères. Et ce, que ce soit pour les marchés émergents ou à fort pouvoir d’achat.

Des Harley pour les marchés émergents ?

Cela s’inscrit dans la stratégie menée depuis 3 ans, visant une clientèle plus jeune et féminine, y compris à l’étranger. En 2010, H-D réalisait 35 % de ventes à l’international, contre 25 % cinq ans auparavant. Ce chiffre devrait être porté à 40 % d’ici 2014, et pour cela, la Motor Company devra continuer à aller vers ses futurs clients, quitte à traverser l’océan Pacifique…

M. Levatich précisait que si un modèle spécifique aux marchés émergents devait être produit à l’étranger, aucun pays en particulier n’est pressenti. Cela dit, aucun plan de production hors des USA n’est à l’ordre du jour. Manière de tâter le terrain, pour une marque qui se targue de produire sur son territoire ? En tous cas, certains de nos confrères indiens évoquaient, en avril 2011, la possibilité de modèles de moyenne cylindrée adaptés au marché indien, et sortant de l’usine d’assemblage final de H-D en Inde. Mais, à l’image de ce qui se fait chez la concurrence, une telle machine pourrait s’exporter vers le monde entier.

Aux USA, la marque s’affaire à détourner les jeunes motards des moyennes cylindrées japonaises style Kawasaki ER6. En Inde, ou au Brésil par exemple, il s’agit plutôt de séduire tout de suite une classe moyenne en expansion, plutôt que de laisser d’autres le faire à leur place (Triumph, Ducati, BMW, et les Japonais…). Dans ces deux derniers pays, H-D a d’ailleurs déjà des usines d’assemblage final. C’est-à-dire que les éléments n’y sont pas fabriqués, l’usine étant approvisionnée depuis les USA… ou ailleurs.

Nouveaux fournisseurs...
En effet, tous les composants d’une Harley ne sont pas fabriqués en Amérique, cela n’est pas nouveau. À ce propos, la marque vient d’annoncer ce 9 décembre la fermeture prochaine de son usine australienne d’Adélaïde, New Castalloy, qui produit des jantes. Celles-ci seront désormais livrées par d’autres fournisseurs, sans plus de détails.
Une fermeture venant en droite ligne du processus de réduction des coûts initié en 2009, qui permettra 9 millions de dollars d’économies d’ici 2014 selon le communiqué officiel. La compagnie recentre sa production « maison » sur les réservoirs, habillages, cadres, moteurs, peintures et bien sûr assemblage final. Après la restructuration de ses actifs propres, H-D continue sur sa lancée en renouvelant la chaîne de ses fournisseurs.
source: MotoInfos.com
les Essais : c'est ICI



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Dites ici ce que vous en pensez !
Les commentaires sont vérifiés avant publication.
merci de donner votre nom ou pseudo; c'est plus sympa !